Le transcendantal et l’époqual

Vérité et historicité chez Heidegger

  • Claude Vishnu Spaak University of Lisbon

Abstract

Le problème que pose ce travail est le suivant : si la condition de l’histoire de l’être chez Heidegger est le refoulement de la source transcendantale de cette historicité, alors la perspective heideggérienne confine-t-elle à un relativisme ou historicisme époqual ? Mais s’il y a bien tout compte fait, par-delà la suite réglée des époques de l’histoire de l’être, un plan ultime transcendantal ou du moins trans-époqual, Heidegger retrouve-t-il un absolu anhistorique par-delà l’historicité ? Cette question justifiera que nous périodiserions la pensée de Heidegger en trois parties, et non pas deux comme le veut une longue tradition de la réception de Heidegger remontant à Richardson ainsi qu’aux indications de Heidegger lui-même quant au sens du tournant (Kehre) de sa pensée. Il apparaît en effet dans les années 30 que la machination (Machenschaft) confère à l’historicité une fonction prépondérante (ou hégémonique) dans le déploiement en présence de l’être, qui n’est que l’intensification du programme de la technique depuis les Grecs jusqu’à l’ère planétaire. Le Dasein est dès lors abandonné par l’être, tandis que dans sa pensée d’après-guerre consacrée à une approche proprement destinale de l’histoire de l’être, Heidegger ne croit plus que la vérité de l’être soit entièrement transie par l’historicité, mais qu’il y a bien, par-delà les époques, un foyer transépoqual qui constitue l’affaire suprême pour la pensée méditative.


Abstract:
Transcendental Philosophy and Epochality : Truth and Historicity in Heidegger
This article aims at answering the following problem: since for Heidegger the historicity of Being presupposes the withdrawal of the transcendental source of such a historicity, then does Heidegger’s perspective lead to a form of relativism of the kind of an epochal historicism? If on the contrary one judges that for Heidegger there is after all, beyond the ordered unfolding of epochs in the history of Being, an ultimate transcendental or at least trans-epochal dimension, does Heidegger’s thinking lead back to an ahistorical Absolute beyond historicity? In order to answer these questions, I propose to divide Heidegger’s philosophy in three stages, rather than the two stages that have usually been retained by commentators ever since the works of Richardson, in conformity with Heidegger’s own indications regarding the Turning (Kehre) of his philosophy. Indeed, Heidegger in the 1930’s develops the notion of machination (Machenschaft) and thus gives historicity a hegemonic function in Being’s essential occurrence (Wesung), itself understood as the intensification of the program of machination starting in the Greek inceptual thinking and developing itself until today’s planetary technological era. However, after 1945 Heidegger does not think anymore that the truth of Being is entirely determined by historicity and that Being essentially abandons Dasein to machination and to its gradual historical unfolding, because there is now according to him, beyond the epochs that are destined to Dasein, a trans-epochal giving (and perhaps generous) origin of presence that constitutes the supreme cause for thinking (Sache des Denkens).

References

BARASH, J. A. (2006). Heidegger et le sens de l’histoire, trad. S. Taussig, Paris : Galaade.
— (1988). Martin Heidegger and the problem of historical meaning. Dodrecht : Martinus Nijhoff, Chapitre 5 (repris dans Heidegger et le sens de l’histoire, trad. S. Taussig, Paris, Galaade, 2006).
BERNET, R. (2005). « Le secret selon Heidegger et ‘La lettre volée’ de Poe ». In : Archives de philosophie, 68 (3) : 379-400.
CAPUTO, J. (1990). The mystical element in Heidegger’s Thought. New York : Fordham University Press.
HAAR, M. (1987). Le chant de la terre, Heidegger et les assises de l’histoire de l’être, Paris, l’Herne.
HEIDEGGER, M. (1989). Beiträge zur Philosophie (vom Ereignis), GA 65, Francfort/Main, V. Klostermann. Trad. fran.: Apports à la philosophie. De l’avenance. Trad. F. Fédier. Paris : Gallimard, 2013.
— (1973). « Seminar in Zähringen ». In : Seminare (1951-1973), GA 15, Francfort/Main : V. Klostermann, 1986. Trad. fran.: « Séminaire de Zahringen », in Questions III et IV. Trad. J. Beaufret, F. Fédier, J. Hervier, J. Lauxerois, R. Munier, A. Préau et C. Roëls. Paris : Gallimard, 1990.
— (1967). « M. Heidegger – E. Fink : Heraklit (1967) ». In : Seminare (1951-1973), GA 15, Francfort/Main, V. Klostermann, 1986. Trad. fran.: Héraclite, Séminaire du semestre d’hiver 1966-1967. Trad. J. Launay et P. Lévy. Paris : Gallimard, 1973.
— (1964). « Das Ende der Philosophie und die Aufgabe des Denkens ». In : Zur Sache des Denkens. Tübingen : M. Niemeyer, 1988.
— (1962a). « Zeit und Sein ». In: Zur Sache des Denkens. Tübingen: M. Niemeyer, 1988. Trad. fran.: « Temps et être », in Questions III et IV, trad. J. Beaufret, F. Fédier, J. Hervier, J. Lauxerois, R. Munier, A. Préau et C. Roëls, Paris, Gallimard, 1990.
— (1962b), « Protokoll zu einem Seminar über den Vortrag «Zeit und Sein » ». In : Zur Sache des Denkens, Tübingen, M. Niemeyer, 1988. Trad. fran.: « Protocole d’un séminaire sur la conférence “Temps et être” », in Questions III et IV, trad. J. Beaufret, F. Fédier, J. Hervier, J. Lauxerois, R. Munier, A. Préau et C. Roëls, Paris, Gallimard, 1990.
— (1959), Gelassenheit. Pfullingen : Neske, 1992.
— (1951). « Logos (Héraclite, fragment 50) ». In : Essais et conférences, trad. A. Préau, Paris, Gallimard, 1992.
— (1946). « La parole d’Anaximandre ». In : Chemins qui ne mènent nulle part, trad. W. Brokmeier, Paris, Gallimard, 1962.
— (1942). Parmenides. GA 54. Francfort/Main : V. Klostermann, 1982.
— (1939). « Vom Wesen und Begriff der φύσις. Aristoteles, Physik B, 1 (1939) ». In : Wegmarken. GA 9. Francfort/Main : V. Klostermann, 1976. Trad. fran.: « Ce qu’est est comment se détermine la physis (Aristote, Physique, B1) ». Trad. F. Fédier. Questions II. In : Questions I et II, Paris, Gallimard, 1990.
— (1938-39). Überlegungen VII-XI (Schwarze Hefte 1938/39). Francfort/Main : V. Klostermann, 2014.
— (1930). Vom Wesen des Wahrheit. GA 9. Francfort/Main : V. Klostermann, 1976. Trad. fran. : « De l’essence de la vérité ». Trad. A. de Waelhens et W. Biemel. In : Questions I et II, Paris, Gallimard, 1990.
— (1929-30). Die Grundbegriffe der Metaphysik. Welt – Endlichkeit – Einsamkeit. GA 29/30. Francfort/Main : V. Klostermann, 1992 (2e édition).
— (1927). Sein und Zeit. Tübingen : Niemeyer, 1960 (9e édition dont nous utilisons la pagination). Trad. fran.: E. Martineau. Paris : Authentica, 1985.
PRADELLE, D. (2013). Généalogie de la raison. Essai sur l’historicité du sujet transcendantal de Kant à Heidegger. Paris : Presses universitaires de France.
RICHARDSON, W. (1962). Heidegger, Through Phenomenology to Thought. La Haye : M. Nijhoff.
SCHÜRMANN, R. (1982). Le principe d’anarchie. Heidegger et la question de l’agir. Paris : Seuil.
SOMMER, C. (à paraître). Heidegger. Théologie politique de l’événement.
Published
2018-08-06
How to Cite
SPAAK, Claude Vishnu. Le transcendantal et l’époqual. Phainomenon, [S.l.], n. 27, p. 99-127, aug. 2018. ISSN 2183-0142. Available at: <http://phainomenon-journal.pt/index.php/phainomenon/article/view/366>. Date accessed: 16 aug. 2018.
Section
Articles